29 juin 2016

Ouvrages de protection

Les informations transmises par les médias sur les constructions de la protection civile utilisées pour l’hébergement de requérants d’asile ont déclenché bon nombre de commentaires dans le courrier des lecteurs et sur les réseaux sociaux. Les Suisses s’inquiètent pour leurs abris et se demandent où la population trouverait refuge en cas de situation d’urgence si toutes les places sont déjà occupées.

BevS_FR
La nouvelle édition du revue « Protection de la population » s’occupe de l’assistance aux personnes en quête de protection.

Les constructions protégées et les abris sont certes destinés les uns comme les autres à la protection de la population mais pas de la même manière. La Suisse compte environ 360 000 abris pour personnes et 2300 constructions protégées. Selon l’ordonnance sur la protection civile, les ouvrages de protection doivent garantir une protection contre les effets des armes modernes, à savoir les toxiques de combat ABC et les dommages collatéraux des armes conventionnelles. On distingue toutefois quelques différences importantes entre ces deux catégories. Les constructions protégées sont destinées avant tout à la conduite et à la préparation des moyens de la protection de la population alors que les abris disposent de places protégées pour la population ou les biens culturels meubles.

Tableau synoptique des ouvrages de protection.
Tableau synoptique des ouvrages de protection.

Qu’est-ce qu’une construction protégée?

Par «construction protégée» on entend différents types de constructions, comme les postes de commandement, les postes d’attente et les unités d’hôpital protégées. Les constructions protégées servent à la conduite et à la préparation des moyens de la protection de la population. Chaque type de construction remplit un rôle important au sein de la protection de la population. La protection civile et les autres partenaires de la protection de la population (p. ex. les sapeurs-pompiers) les utilisent en général comme dépôts de matériel ou pour des cours d’instruction. En temps de paix, les constructions peuvent aussi être utilisées à des fins privées, par exemple pour des répétitions musicales ou des associations.

La protection civile et les autres partenaires de la protection de la population (p. ex. les sapeurs-pompiers) les utilisent en général comme dépôts de matériel ou pour des cours d’instruction.
La protection civile et les autres partenaires de la protection de la population (p. ex. les sapeurs-pompiers) les utilisent en général comme dépôts de matériel ou pour des cours d’instruction.

En général, le propriétaire (canton, commune) décide de la disponibilité opérationnelle de la construction et de son utilisation en temps de paix. En cas d’événement, les constructions sont utilisées par les partenaires de la protection de la population. Vous trouverez de plus amples informations sur les constructions protégées sur le site internet de l’Office fédéral de la protection de la population.

Postes sanitaires protégés et unités d’hôpital protégées

Les cantons sont tenus d'entretenir des lits de patients dans des constructions souterraines pour une partie de la population.
Les cantons sont tenus d’entretenir des lits de patients dans des constructions souterraines pour une partie de la population.

Les cantons sont tenus d’entretenir des lits de patients dans des constructions souterraines pour une partie de la population. Le Service sanitaire coordonné (SSC) a désigné sept unités d’hôpital protégées en leur conférant un statut particulier dit «actif». Ces unités se trouvent à Berthoud, Coire, Herisau, Lugano, Neuchâtel, Sierre et Stans. Quant aux cantons, ils maintiennent d’autres unités d’hôpital protégées en état d’activité: en 2012, la Suisse comptait 31 unités d’hôpital protégées et 17 postes sanitaires protégés actifs. L’utilisation des unités d’hôpital protégées et des postes sanitaires protégés inactifs n’est prévue que pour le cas de conflit armé. Vous trouverez de plus amples informations sur le sujet dans la revue Protection de la population du mois de mars 2012.

Qu’est-ce qu’un abri?

Contrairement aux constructions protégées, les abris sont destinés à protéger les personnes ou les biens culturels meubles. Les abris sont particulièrement adaptés aux courts séjours en cas de catastrophe ou en situation d’urgence, même s’ils ont été conçus pour protéger la population en cas de conflit armé. Depuis 1964, la construction d’abris est devenue obligatoire dans les nouveaux bâtiments. Le principe de base «une place protégée par habitant» a été confirmé lors de la révision en 2012 de la loi sur la protection de la population et sur la protection civile ainsi que de l’ordonnance relative. Les dispositions concernant l’obligation de construire un abri dans les nouveaux bâtiments et maisons d’habitation diffèrent d’une commune à l’autre.

L’abri privé situé à la cave des maisons individuelles ou des immeubles est prévu pour cinq à 50 personnes, selon la taille de l’immeuble.
L’abri privé situé à la cave des maisons individuelles ou des immeubles est prévu pour cinq à 50 personnes, selon la taille de l’immeuble.

L’abri le plus courant est l’abri privé situé à la cave des maisons individuelles ou des immeubles. En règle générale, il est prévu pour cinq à 50 personnes, selon la taille de l’immeuble. Lorsque le nombre d’abris privés est insuffisant, les communes doivent mettre à disposition de la population des abris publics. Les plus grands abris, qu’ils soient privés ou publics, proposent jusqu’à 200 places protégées. Les abris sont conçus de sorte à permettre de longs séjours (aération, chauffage, déshumidificateurs, toilettes). Les abris spéciaux, par exemple dans les garages souterrains, les hôpitaux ou les maisons de retraite, sont maintenus et sont souvent utilisés à d’autres fins, tout comme les abris privés.

Les cantons et les communes procèdent au contrôle périodique des abris. Les inspecteurs vérifient jusqu’à 100 points différents afin de garantir leur bon fonctionnement. Ces mesures permettent de garantir autant que possible la protection de la population suisse.

Les inspecteurs vérifient jusqu’à 100 points différents afin de garantir leur bon fonctionnement.
Les inspecteurs vérifient jusqu’à 100 points différents afin de garantir leur bon fonctionnement.

Où se trouve mon abri?

Les abris peuvent certes être utilisés en cas de catastrophe et en situation d’urgence pour de brefs séjours, mais ils sont avant tout conçus pour le cas de conflit armé. Toute catastrophe n’implique pas forcément l’occupation d’un abri, au contraire, il s’agit plutôt d’un cas exceptionnel. Les mesures à prendre en cas de catastrophe et en situation d’urgence dépendent largement du type d’événement et du temps à disposition. En cas de danger, les autorités transmettent des consignes de comportement par la radio, et l’occupation des abris en fait rarement partie. En outre, le séjour en abri est souvent déconseillé, par exemple en cas de pandémie ou de panne de courant, et peut même s’avérer dangereux, comme en cas d’inondation.

Les communes sont tenues de mettre à disposition un plan d’attribution des places protégées. Etant donné que le cas d’un conflit armé est peu probable à court terme en Suisse, il n’est pour le moment pas utile de donner des informations à titre préventif sur ces planifications. Une information complète sur l’attribution des places protégées est donnée au plus tard lorsque la politique de sécurité l’exige. Si vous souhaitez tout de même savoir où se trouve votre place protégée, veuillez vous adresser à votre commune.

 

Schlagwörter:

Partager votre article:

Écrivez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *