Alertswiss Navigation

BABS
25 octobre 2017

Conférence de la protection de la population 2017 à Bâle

La Conférence de la protection de la population s’est tenue cette année les 18 et 19 octobre à Bâle. Intitulée « Un monde qui se délite ? Les défis de la protection de la population en Suisse », elle proposait des exposés et des tables rondes avec des responsables de haut rang et des spécialistes.

Impressions

Une nouvelle formule avec les sessions thématiques

L’édition 2017 inaugurait une nouvelle formule : en plus du programme en plénum, elle proposait trois sessions parallèles consacrées à la protection ABC au plan national, à la protection des infrastructures critiques et aux systèmes d’alarme et de télécommunication. Le but était d’aborder des sujets importants pour la protection de la population sous un angle interdisciplinaire et dans un même cadre.

Session I

Lors de la session I, consacrée à la protection ABC nationale, des travaux et projets du Laboratoire de Spiez, rattaché à l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), ont été présentés. Les exposés liminaires portaient sur les développements actuels dans le domaine des appareils de détection C et les tâches dans le domaine des technologies de détection B.

Il a ensuite été question des possibilités liées à la mesure de la radioactivité à partir d’un hélicoptère (aéroradiométrie). En cas d’événement, de tels relevés constituent une base importante pour planifier des mesures complémentaires. L’exposé suivant donnait des informations sur un développement possible dans ce domaine, à savoir sur des mesures susceptibles d’être effectuées désormais à l’aide de drones. Par ailleurs, les drones permettent dans le domaine de la protection de la population d’obtenir de manière rapide et sûre des informations sous forme d’images lors d’un événement dommageable majeur. Enfin, le chef du Laboratoire de Spiez a présenté diverses activités internationales de l’institut fédéral de protection ABC.

Dans un exposé général, la présidente de la ComABC, Anne Eckhardt, a abordé les travaux menés actuellement pour développer une nouvelle stratégie de protection ABC pour la Suisse. Il en est ressorti que les développements en matière de numérisation, de cybercriminalité et de darknet, mais également le changement climatique et la mobilité croissante à l’échelle mondiale ont des répercussions importantes sur les tâches liées à la protection ABC. La nouvelle stratégie vise notamment à plus de simplification : la protection ABC en Suisse doit être claire et cohérente. Mais, dans le même temps, il faut développer les compétences et étendre les réseaux à de nouveaux partenaires.

Session II

La session traitant de la protection des infrastructures critiques a donné lieu à un échange entre les représentants de la Confédération, des cantons et de l’économie. Il s’agissait notamment de montrer les possibilités et les limites dans le cadre de l’application de la stratégie PIC, de se pencher sur l’organisation de l’approvisionnement économique du pays et de présenter les mesures mises en œuvre par les cantons et les exploitants d’IC. La session était placée sous le signe de la collaboration nationale et internationale, ce que l’intervenante de l‘Office fédéral allemand de la protection de la population et de l’aide en cas de catastrophe (BBK) a décrit non sans humour comme « regarder au-delà de son pré carré ».

Session III

La session a mis en lumière les divers aspects liés à la transformation numérique dans les systèmes d’alarme et de télécommunication. Les auditeurs ont pu se faire une idée de l’évolution que connaîtront les systèmes d’alarme et de télécommunication de l’OFPP et assister à une démonstration en direct du futur site internet et de l’appli d’Alertswiss.

Sur le même sujet, les exposés suivants étaient consacrés au rôle et à l’utilité des réseaux sociaux dans la communication de crise. En cas d’événement, il serait possible, grâce aux réseaux sociaux, d’atteindre environ 80% de la population. Et l’on sait que, en cas de catastrophe ou de situation d’urgence, la diffusion d’informations fiables est de la plus haute importance. Par ailleurs, les réseaux sociaux permettent de couper court aux éventuelles rumeurs.

L’exposé traitant des cyberrisques était centré sur l’aspect de la sécurité et la menace que font peser sur celle-ci les avancées technologiques. Bien qu’il soit impossible de garantir une sécurité totale contre les cyberattaques, il existe différents moyens de se protéger efficacement contre d’éventuelles attaques. L‘exposé « Les nouvelles technologies pour le meilleur et pour le pire ? » a conclu la session, traitant de l’ambivalence de notre monde, tiraillé entre le souci de sécurité d’un côté et la numérisation de l’autre. Il s’interrogeait également sur le prix auquel cette sécurité peut être acquise et sur les problèmes que génèrent les nouvelles technologies.

Tweets sur la #CPP17

 

Depuis 2004, la Conférence de la protection de la population réunit chaque année des responsables de haut rang et des spécialistes représentant la Confédération, les cantons, les grandes villes, les organisations partenaires, l’armée, les exploitants d’infrastructures critiques et les pays voisins. Cette plateforme nationale permet aux acteurs de la protection de la population de se rencontrer et d’échanger leurs vues et leurs expériences.

La photo montre la programme de la Conference.

Programme de la Conférence de la protection de la population 2017

 

Partager votre article:

Écrivez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *