Protection de la population

03 juin 2022

Mieux comprendre les crues extrêmes grâce à un nouvel outil en ligne

Au cours de l’été 2021, l’Allemagne a subi des crues et des inondations torrentielles d’une ampleur inédite qui a stupéfié jusqu’aux spécialistes. Des chercheurs du Laboratoire Mobilière de recherche sur les risques naturels de l’Université de Berne ont développé sur la base de simulations un outil numérique qui permet de visualiser les inondations extrêmes dans leur dimension spatiale et temporelle.

21 juin 2021

Assurer les soins en cas de crise est un défi

Le réchauffement climatique croissant nous fait prendre conscience d’une augmentation probable de la fréquence des catastrophes naturelles. En outre, l’interconnexion mondiale augmente les risques de crises dues à des facteurs techniques ou sociétaux et les défis en termes de protection de la population deviennent toujours plus complexes. Dans ce contexte, le Service sanitaire coordonné est amené à développer des formations appropriées afin de mieux préparer les spécialistes aux futurs scénarios de gestion de crise. La formation doit couvrir des domaines très variés tout en pouvant être utilisée dans une situation de stress.

Photo: Canton de Berne
07 mai 2021

Points de rencontre d’urgence pour la population du canton de Berne

Ces deux prochaines années, les communes du canton de Berne vont mettre sur pied progressivement un réseau de 236 points de rencontre d’urgence. Elles feront office d’antennes pour la population locale en cas de catastrophe ou de situation de crise. L’Office de la sécurité civile, du sport et des affaires militaires du canton de Berne assiste les communes pour toute question relative à la planification ou au matériel.

15 avril 2021

Munitions dans le lac de Neuchâtel : le Laboratoire de Spiez participe aux analyses d’impact

En mars 2021, des échantillons d’eau et de sédiments ont été prélevés dans le lac de Neuchâtel dans la zone de tir des Forces aériennes de Forel, afin d’étudier l’impact à long terme des munitions tirées et non explosées. Le Laboratoire de Spiez, rattaché à l’Office fédéral de la protection de la population, est chargé d’analyser une partie des échantillons.