accident dans un ouvrage d’accumulation
20 août 2018

Connaître les dangers: accident dans un ouvrage d’accumulation

À quels dangers la population suisse peut-elle être confrontée? Comment se déroule concrètement un grand événement dommageable en Suisse? Quelles conséquences un tel événement aurait-il sur la population, l’environnement, l’économie et la société en Suisse? Et que pouvez-vous faire pour mieux vous protéger?

L’analyse nationale des dangers publiée dans le rapport «Catastrophes et situations d’urgence en Suisse» par l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP) donne des éléments pour la planification préventive et la préparation en cas d’événement. Un scénario de référence est défini pour chaque menace étudiée afin d’apporter des réponses scientifiquement fondées aux questions posées plus haut. Le blog d’Alertswiss vous informe régulièrement sur les résultats de cette analyse des dangers.

Un grand ensemble de roches se détachent d’un massif et dévale dans un lac de retenue. À la suite de cet éboulement, une onde de crue se forme au point de chute et se propage dans toutes les directions. Elle submerge le mur du barrage et de grandes quantités d’eau se précipitent en aval. Dans la zone menacée, l’alarme eau et l’alarme générale sont immédiatement déclenchées. La population doit être préparée efficacement à un tel scénario.

De quoi s’agit-il?

Les ouvrages d’accumulation servent à relever un plan d’eau ou à accumuler de l’eau ou des boues. Les ouvrages destinés à retenir des matériaux charriés, la glace ou la neige valent également comme des ouvrages d’accumulation s’ils sont susceptibles de retenir les eaux. On distingue deux types d’ouvrages d’accumulation: digues (remblais) et murs (construction en béton).

Dans ce contexte, un accident désigne un événement lors duquel l’eau accumulée ne peut pas être retenue comme prévu par l’ouvrage. Cela provoque un écoulement d’eau incontrôlé ou une onde de crue au-dessous de l’ouvrage. On distingue trois types d’événements: débordement, submersion et défaillance de l’ouvrage. L’évacuation sûre de crues naturelles, avec déversoir contrôlé de l’ouvrage également, n’est en revanche pas un accident.

Un débordement se produit lorsque l’apport d’eau est supérieur à la capacité d’évacuation des organes de décharge et de vidange et que, simultanément, l’effet de rétention de la retenue est épuisé. Une submersion peut résulter du déplacement brusque d’une grande quantité d’eau dans la retenue provo-quant une onde de crue, par exemple à la suite d’un éboulement. On parle de défaillance d’un ouvrage d’accumulation en cas de rupture.

Exemples d’événements

Scénario de référence: déroulement possible

À la fin de l’automne, l’exploitant de l’ouvrage remarque qu’une zone située au-dessus du lac de retenue s’est mise en mouvement; un important volume de matériaux terreux risque de dévaler dans la retenue. Il est si important que son glissement menace la sécurité du barrage et de la vallée en aval. On commence immédiatement à abaisser le niveau du lac jusqu’à ce qu’il soit sûr. Cela prend quelques jours. En parallèle, on entreprend la planification de mesures de sécurité. Les autorités encouragent la population dans la zone menacée à se préparer à une éventuelle évacuation. En l’espace d’une journée, les signes d’un brusque affaissement futur de la zone de glissement se multiplient et les autorités décident par conséquent d’évacuer la zone menacée à titre de précaution.

Quelques heures seulement après l’évacuation, la zone de glissement dévale d’un coup dans la retenue. Une onde de crue se propageant dans toutes les directions se forme au point de chute. Elle submerge le mur du barrage et de grandes quantités d’eau se précipitent en aval; le mur reste intact. Dans la zone menacée, l’alarme eau et l’alarme générale sont immédiatement déclenchées et les habitants restés sur place sont invités à gagner sans délai des lieux considérés comme sûrs.

Deux heures après la submersion du mur du barrage, l’eau s’est écoulée au point que les énormes dégâts apparaissent et que les forces d’intervention peuvent gagner les zones sinistrées. Les travaux de sauvetage et de déblaiement commencent. Des avis de disparition sont peu à peu émis. Vingtquatre heures après l’événement environ, on se rend compte de toute l’ampleur des dommages et une aide coordonnée est mise en place. L’ouvrage d’accumulation concerné est complètement vidé et fait l’objet d’une analyse détaillée des dommages subis.

Au cours des deux semaines suivantes, les services techniques et des entreprises mandatées rétablis-sent les liaisons de transport et les infrastructures. Des hébergements provisoires sont aussi mis à la disposition des personnes qui ont perdu leur maison ou leur logement. La remise en état des administrations communales et des écoles touchées revêt également un degré de priorité élevé. Nombre de bâti-ments et d’infrastructures doivent être démolis et reconstruits.

La phase de rétablissement et la reconstruction de bâtiments et d’infrastructures détruits durent plus d’un an.

Scénario de référence: conséquences possibles

Une grande partie de la population se met en sécurité après l’ordre d’évacuation des autorités et emménage chez des proches et des amis dans des secteurs sûrs. Une autre partie trouve à se loger dans des hébergements d’urgence.

Les énormes masses d’eau ont emporté et disséminé d’innombrables arbres, des gravats, de la boue et des débris. Des produits chimiques se déversent dans l’eau; certaines stations d’épuration ne fonctionnent plus et des déchets urbains sont emportés par les flots. Cela provoque une pollution des cours d’eau en aval de la zone sinistrée et l’eau potable se retrouve aussi polluée.

Diverses liaisons routières et ferroviaires ainsi que des conduites d’alimentation sont détruites par les quantités d’eau. La remise en état de lignes ferroviaires, routes et ponts dure plusieurs mois et plus d’un an dans certains cas. Cela restreint la mobilité de nombreuses personnes. Nombre d’écoles et de jardins d’enfants ainsi que de commerces et d’infrastructures sont endommagés ou détruits et doivent être remis en état ou reconstruits.

Après un tel événement, les dommages aux bâtiments, à l’infrastructure et à d’autres biens matériels sont énormes: avec les coûts de maîtrise (coûts des forces d’intervention, des hébergements de secours, de la prise en charge des personnes ayant besoin d’aide, de l’hébergement temporaire d’animaux de rente), ils s’élèvent à quelque 270 millions de francs. La réduction de la capacité économique (logistique, agriculture, production, tourisme) est également de l’ordre de 270 millions de francs.

Évaluation des risques et comparaison avec d’autres risques

Un accident dans un ouvrage d’accumulation est fondamentalement envisageable en Suisse, mais sa probabilité d’occurrence est faible. Selon l’analyse nationale des dangers de l’OFPP, la fréquence d’un accident dans un ouvrage d’accumulation est plus importante que celle d’une chute de météorite ou d’un accident nucléaire, mais est nettement plus faible qu’une crue ou qu’un tremblement de terre. En ce qui concerne les conséquences financières d’un accident dans un ouvrage d’accumulation, elles sont plus ou moins comparables à celles d’un accident ferroviaire impliquant des marchandises dangereuses.

Prévoyance et consignes de comportement: que pouvez-vous faire?

Si l’alarme eau ou l’alarme générale est déclenchée, vous disposez de quelques minutes pour quitter la zone. L’onde de submersion endommage ou détruit les bâtiments et les infrastructures en aval du bar-rage. Comme lors d’une crue, les caves, les rez-de-chaussée, voire les étages supérieurs sont inondés. Il est donc important de préparer la population aux dangers, à titre préventif. Avec ces instructions simples, le pire peut être évité:

  • Quittez immédiatement la zone menacée et rendez-vous dans une région située en amont.
  • Consultez les aide-mémoire et observez les instructions des autorités locales.

Prêts pour toutes les éventualités

Observez les recommandations concernant les provisions de secours et la pharmacie d’urgence ainsi que les préparatifs en matière de logements de fortune et de bagages dans le plan d’urgence d’Alertswiss.

le plan d’urgence d’Alertswiss

Pour en savoir plus

 

Schlagwörter: ,

Partager votre article:

Écrivez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *