Alertswiss Navigation

9 mai 2017

3. conférence du Réseau national de sécurité sur le thème cyberrisque

Le 4 mai 2017, la troisième conférence du Réseau national de sécurité (RNS) a réuni à Safenwil quelque 400 participants issus de l’administration, des milieux politiques et de l’économie privée. L’assemblée s’est intéressée à la question de savoir où se situait actuellement la Suisse dans le domaine de la cybersécurité, sachant que la Stratégie nationale de protection de la Suisse contre les cyberrisques (SNPC) n’est valable que jusqu’à la fin 2017.

En guise de sensibilisation et d’introduction à la conférence, une démonstration d’une cyberattaque utilisant l’ingénierie sociale a permis de présenter aux participants comme il est aisé pour les agresseurs de pénétrer dans des systèmes.

Ensuite, des représentants de la Confédération, des cantons et de l’économie privée ont discuté ensemble dans le cadre de tables rondes et d’exposés des défis de la cybersécurité à l’ère d’Internet des objets. Ils ont notamment cherché à savoir si la Suisse était équipée pour faire face à ces défis.

Dans son discours, le conseiller fédéral Guy Parmelin a évoqué le fait que le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports a développé une stratégie de cyberdéfense pour affronter les défis du cyberespace.

Peter Fischer, délégué au pilotage informatique de la Confédération, a fourni des informations sur la décision prise le 26 avril 2017 par le Conseil fédéral de demander au Département fédéral des finances d’élaborer une nouvelle stratégie de protection de la Suisse contre les cyberrisques d’ici fin 2017, valable pour la période allant de 2018 à 2023. La stratégie actuelle (2012-2017) a pour objectif de diminuer les cyberrisques en renforçant la collaboration entre les autorités, l’économie et les exploitants d’infrastructures critiques, d’identifier suffisamment tôt les menaces et dangers dans le cyberespace et d’augmenter la résistance des infrastructures critiques. A la suite de l’intervention de Peter Fischer, des représentants de l’armée, des cantons et de l’économie privée ont débattu, lors d’une table ronde, de leurs attentes concernant cette stratégie du point de vue des différents acteurs et de leur implication.

un panel de discussion avec quatre personnes.
Un panel de discussion avec Elisabeth Weyermann (modératrice), Roland Charrière, Marcus Griesser et Jean-Pierre Therre (G-D).

La cybercriminalité nous concerne tous, même si nous ne sommes de loin pas tous conscients de la menace. Des représentants haut placés dans le domaine de la poursuite pénale ont débattu de cet aspect de la cybersécurité. Michael Lauber, procureur général de la Confédération, et Beat Oppliger, procureur général principal du canton de Zurich, ont discuté de ce sujet avec d’autres représentants de la Confédération et des cantons.

Hans-Jürg Käser, conseiller d’Etat bernois et président de la plateforme politique du RNS, a conclu en affirmant que la Suisse est consciente des défis auxquels elle doit et devra encore faire face dans le domaine de la cybersécurité et de la cybercriminalité, qu’elle est prête à les relever et qu’elle a déjà atteint certains objectifs qu’elle s’était fixés. Toutefois, il reste encore bien du travail à accomplir dans différents domaines, notamment parce que les menaces changent rapidement.

Source : Secrétariat général du DDPS

Informations supplémentaires:

Schlagwörter:

Partager votre article:

Écrivez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *